The Sport and Leisure History Seminar Summer Symposium: ‘Sport and Leisure in Suburbs and New Towns: Communities, Identities and Interactions’ 21st-22nd July, 2011 Hosted by the Institute of Historical Research, London

Leisure & Suburbia Conference – Registration Document

Thursday, 21 July

10:00  Centre-Periphery Dynamics and Leisure in London

v     Professor Matthew Cragoe (University of Sussex)

The Rise and Fall of the Red House at Battersea: Pigeon-Shooting, Respectability and the Early Victorian Suburb, 1800-1850

v     Dr Elizabeth Baigent (University of Oxford)

Experiencing Open Space in Late Victorian Britain: Leisure for the Unleisured Class in Epping Forest

v     Dr Mark Clapson (University of Westminster)

City and Suburban: The Leisure and Sporting Culture of Regent Street Polytechnic, 1882-1939

v     Dr John Law (Independent Researcher)

Automobility and Leisure in London’s Inter-War Suburbia

12:00  LUNCH

13:00  Suburban Leisure and Divided Societies

v     Dr Joao Malaia Santos (University of Rio de Janeiro)

Rio de Janeiro and the Football Dynamic: From the Suburbs to the Central City

v     Janina Gosseye (Katholieke Universiteit Leuven)

The Brussels’ Belt of Emeralds: The Construction of Leisure Infrastructure and Flemish Cultural Identity, 1950s to 1970s

v     Frances Harkin (Queen’s University of Belfast)

A Social Evolution: The Gaelic Athletic Association and Gaelic Games in a North Belfast Suburb

14:30  BREAK

15:00  Art, Fashion and Suburban Leisure Lives

v     Dr Geraldine Biddle-Perry (London College of Fashion, University of the Arts London)

Fashioning Suburban Aspiration at the Fin de Siecle

v     Dr Rebecca Preston (Royal Holloway, University of London)

‘The Pastime of the People’: Gardens and Photography in Upper Working- and Lower Middle-Class British Suburban Social Life, 1880-1914

v     Professor Ann Sumner (University of Birmingham)

Urban Tennis [Title TBC]

v     Dr Richard Coopey (Aberystwyth University)

From Quant to Quadrophenia: Interpreting the Mod Movement in Britain in the 1960s

17:00  CLOSE


Friday, 22 July

10:00  Keynote

Professor David Gilbert (Royal Holloway, University of London)

The Vicar’s Daughter and the Goddess of Tennis:  Sporting Femininity and Bodily Practice in Edwardian Suburbia

11:00  BREAK

11:20  Sport and Society in Contemporary Suburbs and New Developments

v     Sean Brown (Northeastern University, Boston)

‘I’m here for the Kids’: Politics and Drama in a Small-Town/Suburban Little League

v     Dr Marco Pasini (University of Roma La Sapienza)

CVN Casal Bernocchi: Qualitative Analysis and Visual Methodology for a Community Study

v     Nick Pye (Griffith University, Gold Coast)

International Sports Cities and Social Capital: Is There a Relationship, and Do They Improve Social Capital?

12:50  LUNCH

13:40  Leisure and Space in Suburbs and New Towns

v     Dion Georgiou (Queen Mary, University of London)

‘The Drab Suburban Streets Were Metamorphosed into a Veritable Fairyland’: Space, Spectacle and Social Action in the Ilford Hospital Carnival, 1905-1914

v     Anna Dewaele (School for Higher Studies in Social Sciences, Paris)

Invention and Appropriation of the Concept of Leisure in an Emblematic Indian New Town: Evolution of Leisure in Chandigarh since Its Foundation

v     Emmanuel Lelore and Muriel Paupardin (National Institute for Sports, Expertise and Performance, Paris)

Access to Sport Practice in Deprived Urban Areas: Spatial Influence through the Exploration of New Territories

15:10  BREAK

15:30  Sport in British Suburbs

v    Dr Andrew Hignell (Glamorgan County Cricket Club)

Participants and Providers: A Study of Cricket in the Suburbs of Cardiff during the Late 19th Century

v     Catherine Budd (De Montfort University)

Separation and Exclusivity: Sport in Middlesbrough’s Suburbs, 1885-1914

v     Mark Sampson (Queen Mary, University of London)

Putting Something Back: The Community Trusts Run By Brighton and Hove Albion FC and Charlton Athletic FC

17:00  CLOSE


Registration Form

Details

Name:

Institutional Affiliation:

Email Address:

Dietary Requirements:

Delegate Fees (Including Lunch and Refreshments)

Attending on both days – £35

Attending on Thu 21 July/Fri 22 July only (delete as appropriate) – £25

Conference Dinner on Thu 21 July (Optional; see overleaf to select from menu) – £26

Signature:                                                                                          Date:

Please address your cheques to ‘The Sport and Leisure History Seminar’ and send them, along with your completed registration forms, to Dion Georgiou, 3B Eden Grove, Holloway, London, N7 8DX, by Thursday, 14 July. For any further enquiries, contact us at leisureinsuburbia@gmail.com.

 

Conference Location

The conference takes place at the Institute of Historical Research at Senate House, Malet Street, London, WC1E 7HU. Directions to the Institute can be found here: http://www.history.ac.uk/contact.

 

Accommodation Options

The Kent Hall Hotel in Manor House, North London, is offering delegates a special rate of £40 per night (en suite bathroom and breakfast included) or £70 for twin rooms. Manor House station is 12 minutes away from Russell Square (the closest station to the Institute of Historical Research) by Underground. For more information, contact Geoffrey Levett at geoffreylevett@me.com; you can also look at the hotel’s website: http://www.kenthallhotel.co.uk/Kent_Hall_Site/Home.html.

 

Conference Dinner – Menu

The meal will take place at Tas Restaurant, 22 Bloomsbury Street, London, WC1B 3QJ at 7:00pm on Thursday, 22 July. Please select your choices from the set menu below.

Starters

A full assortment of the following hot and cold starters, served with homemade bread:

  • Humus (Pureed chickpeas with tahini, garlic and lemon juice)
  • Zeytin Yagli Patlican (Aubergine, tomatoes, garlic, peppers and chickpeas cooked in olive oil)
  • Tabule Chopped parsley salad with tomatoes, onions, cracked wheat and olive oil
  • Manca Spinach with fresh yoghurt served with or without garlic
  • Zeytin Yagli Bakla Fresh broad beans, coriander, red & green peppers, dill, garlic, olive oil, served with yoghurt
  • Sebzeli Kofte (Falafel)
  • Borek (Filo pastry filled with feta cheese)

 

Main courses

Choose one from the following:

Arides Guvech (Prawns cooked with garlic, tomatoes and mushrooms)

Kalamari (Fried squid served with walnut sauce)

Turlu (Mixed vegetables, potatoes, aubergines, peppers, tomatoes served with couscous and yogurt)

Ispanakli Patates (Spinach with potatoes)

Karisik Izgara (Grilled lamb, chicken and meatballs)

Mousakka (Layers of minced lamb, aubergine, potatoes topped with cheese sauce)

Tavuk Sis (Chicken kebab on skewers)

Eksili Kofte (Minced beef and couscous balls, organic chickpeas, baby potatoes & dried red basil)

Tavuk Guvech (Chicken with ginger, mushrooms, onion and tomato)

Desserts

Choose from one of the following:

Baklava (Filo pastry, walnuts, pistachio, honey syrup)

Kayisi Tatlisi   (Sundried apricots with homemade cream, almond and pistachio)

Fresh Fruit Salad

Chocolate Cake

 

Baldwin J., Paris 1200, Paris, Aubier, 2006, 471 p., index, 31 illustrations noir et blanc, 28,5 €

Le dernier livre de John Baldwin est aussi original que l’itinéraire intellectuel dont il est l’aboutissement : l’A. a commencé son œuvre (1959) par l’étude des théories économiques des juristes et des théologiens (en particulier celles de maître Pierre, le chantre de Notre-Dame), l’a poursuivie avec celle de l’administration de Philippe Auguste, puis celle de l’amour et de la culture nobiliaire à travers la littérature courtoise (2000). Les dénominateurs communs à ces enquêtes sont la période (le XIIe siècle finissant), le souci de restituer le réel, même à partir de sources « littéraires », et enfin un lieu, Paris. Ce livre est donc une relecture de son œuvre à partir de ce lieu pour tenter d’en reconstituer rigoureusement et concrètement le portrait quotidien en 1200. Le fil conducteur en est la réflexion de Pierre le Chantre et ses élèves, dont les questions scolastiques sur le monde qui les entourent sont un excellent révélateur des transformations à l’œuvre dans la ville où ils enseignent : pour ou contre les grands édifices religieux ? Les prostituées peuvent-elles offrir un vitrail à Notre-Dame comme les autres artisans ? Les clercs doivent-ils être tenus au célibat ? Peuvent-ils travailler dans des chancelleries séculières ? Un roi est-il meilleur s’il est élu ? etc. Par conséquent le titre est un peu trompeur et devrait plutôt être « Le Paris des années 1200 vu par Pierre le Chantre et ses disciples ».

Paris est alors un immense chantier (pavage des rues, clôture des Saints-Innocents, construction des Halles, des enceintes, du Louvre, de la cathédrale, des églises Saint-Gervais, Saint-Merri, Sainte-Opportune), ce qui est indice et facteur d’une grande expansion économique et démographique. Ce grand chantier contribue, avec les écoles, à masculiniser la population et à développer la prostitution, mais aussi à enrichir les commerçants de la ville qui en assurent le ravitaillement, en particulier par la Seine. Se développent aussi des industries de luxe du livre, du drap, de la confection, de la mercerie. La bourgeoisie accède alors à l’aisance et à la notabilité, tandis que la participation financière de la collectivité à ces grands travaux commence à lui faire prendre conscience de son unité (chap. 1). Des Parisiens de l’époque on ne peut guère cerner que deux grandes figures : celle du chantre de Notre-Dame qui était le principal théologien de Paris et dont le témoignage est précieux parce qu’il avait mis son savoir au service de l’observation du monde qui l’entourait pour mieux le réformer, et aussi parce qu’il ne mâchait pas ses mots, et celle de Philippe Auguste dont les frasques conjugales avaient entraîné la mise sous interdit du royaume en 1200. Des autres, on ne sait rien, mais l’A. tente néanmoins de cerner la place des femmes à travers le programme des sculptures de la cathédrale qui offrait « un îlot de féminité dans un océan masculin ». Cependant les femmes que proposent les clercs à la rêverie des passants sont chastes ou tentatrices, fertiles ou stériles, mais ne travaillent jamais, c’est-à-dire qu’elles sont considérées exclusivement pour leur sexe (chap. 2). Avec Philippe Auguste, la royauté tend à cesser d’être champêtre et spartiate pour devenir de plus en plus urbaine et centralisée : Louis VI passait 26% de ses actes à Paris, Louis VII 35%, tandis que Philippe en passe 32% dans les années 1190 et 39% dans les années 1200, alors même que le développement de son administration devrait rendre sa présence moins nécessaire. Avant 1200, il fixe les archives dans la Cité et bureaucratise sa chancellerie qui enregistre désormais tous les actes qu’elle produit, crée au Temple un bureau centralisant les comptes domaniaux, et nomme de nouveaux officiers de justice, les baillis. Paris prend donc une place nouvelle dans le système politique capétien sur le plan administratif, mais les villes du domaine ne rapportent encore que 20% du revenu royal en 1202 (chap. 3). Suit une reconstitution très vivante de la vie religieuse, dominée par la personnalité du seigneur évêque, dont le pouvoir prend aussi une dimension administrative à cette époque avec l’apparition des premiers inventaires des ressources et des paroisses. Mais l’évêque doit compter avec les dignitaires du chapitre (le doyen, le chantre, l’archidiacre et le chancelier) qui l’assistent en théorie mais le gênent souvent en pratique et dont il exige un hommage lige. Il partage également sa juridiction avec les abbayes exemptes de Saint-Germain-des-Prés, Sainte-Geneviève et Saint-Denis. On retiendra surtout la description sensible de la liturgie en vigueur à Notre-Dame : un office fait par et pour des chanoines isolés par le jubé, mais dont les processions avec reliques et les chants ravissent les laïcs. Paris est en 1200 un laboratoire d’expériences pastorales et liturgiques : invention de la polyphonie (toujours a capella) qui rompt la monotonie du plain-chant traditionnel, monstration de l’hostie consacrée aux fidèles dont la dévotion est de plus en plus eucharistique, souci de prédication et de contrôle de la formation et des mœurs des prêtres par des synodes réguliers dont les résolutions sont mises par écrit (chap. 4). Si beaucoup d’expériences religieuses ont ensuite été étendues à la Chrétienté par Innocent III, c’est que l’importance de ses écoles en fait le principal centre de formation des élites cléricales d’Occident : c’est là que le pape et ses cardinaux se sont formés. En 1200, l’université est en germe : l’enseignement dépasse le cadre traditionnel des clercs bénéficiés (au sein de la cathédrale et des monastères) pour être pris en charge par des maître à qui le chancelier a donné licence d’enseigner mais qui exercent en dehors de tout cadre institutionnel et doivent donc vivre des rétributions de leurs élèves. Ces maîtres recrutent des auditeurs, qui deviennent leurs familiers en suivant régulièrement leur enseignement avant de devenir des disciples : ce qui définit un étudiant, c’est son affiliation à un maître. Outre la question de la vénalité du savoir ou du prix excessif des logements, le développement des écoles pose celui de la juridiction sur les étudiants qui bénéficient du privilège des clercs et du fors, alors qu’ils sont simplement tonsurés, rarement sobres et souvent turbulents, d’où des rixes sans fin avec les bourgeois. Le maîtres, marqués par le meurtre de Thomas Becket en 1170, obligent le roi à renoncer à toute juridiction sur eux en 1200, ce qui n’était pas tenable, d’où une renégociation de l’accord en sa faveur dès 1205. On enseigne déjà à Paris les disciplines que l’on trouvera ensuite à l’université, plus le droit romain, de même que la philosophie naturelle d’Aristote, en dépit des interdictions pontificales. Les maîtres forment des étudiants appelés à peupler non seulement le haut clergé, mais aussi les administrations royales, celle de Philippe Auguste (une douzaine de conseillers réguliers sont dits « maîtres ») comme celle du roi d’Angleterre (chap. 5). Les théologiens parisiens s’intéressent aussi aux joies et aux peines des laïcs, ce qui les conduit à prendre position sur l’honorabilité du métier des jongleurs, dont les mimes et la musique sont nécessaires à la réussite d’une fête aristocratique, mais qui font un usage honteux de leur corps comme les prostituées. Ils sont finalement sauvés de l’opprobre pour leurs qualités musicales s’ils se mettent au service de causes honnêtes. La musique prend en effet une grande importance aussi dans les divertissements profanes avec l’apparition en langue d’oïl du grand chant courtois ou de chansons dans les romans vernaculaires. Mais les théologiens se penchent aussi sur les torrents de blasphèmes proférés quotidiennement par les laïcs, les Arts d’aimer inspirés d’Ovide, ou encore les théories médicales sur la reproduction qui définissent le rapport de force des amants dans leur intimité sexuelle. Néanmoins l’hérésie amauricienne prend aussi pied chez les théologiens parisiens à cette époque, ce qui conduit certains d’entre eux au bûcher en 1210 (chap. 6).

On ne peut que souligner la modestie de l’A. qui le conduit à offrir au public un livre plaisant mais qui ne cède en rien à la rigueur scientifique : pas d’anachronisme (en dehors de quelques taquineries à l’usage des Français p. 23 et 150), pas d’argument sans justification (hormis le chiffre de la population, fixé à 50.000), beaucoup de notes, peu d’erreurs (le Parloir au bourgeois ne s’installe pas place de Grève avant 1357), pas de généralités vagues, soit tout l’inverse certaines synthèses sur l’histoire de Paris. Le principal intérêt de l’ouvrage est de tenter une histoire urbaine à partir de sources intellectuelles et culturelles, plutôt que des chartes traditionnelles, ce qui renouvelle le champ d’investigation en faisant dialoguer des champs d’études en général étanches, le tout permettant de brosser le portrait d’une capitale en gestation. Partir de la vision du monde d’un théologien aboutit à faire une histoire urbaine originale, mais qui a aussi les défauts de ses qualités, en l’occurrence une tendance à perdre de vue le phénomène urbain au profit de questions générales contextuelles, car pour le chantre de Notre-Dame, Paris n’est pas un objet, mais un cadre. Paris flotte un peu dans des habits trop grands pour lui. à l’inverse, ce biais conduit à laisser quelques angles morts : le poids considérable des seigneurs ecclésiastiques sur la ville et ses conséquences matérielles, économiques, sociales ou psychologiques, sont peu mis en valeur. Par ailleurs, la coutume aurait fourni un précieux complément sur la condition des personnes, l’activité économique, les rapports de sexe. Curieusement, la présence de la noblesse en ville est rapidement évacuée alors que l’A. s’intéresse par ailleurs à la vie aristocratique : que sont devenus les chevaliers qui habitaient, ou tout au moins possédaient des biens en ville au XIIe siècle ? Comment concilier le rôle de la cour comme moteur économique et centre politique (p. 71) et l’absence de grands en ville (p. 402), tout en notant que certains princes ou chevaliers du roi y louent des maisons parce qu’ils se rendent régulièrement dans la capitale (p. 53) ? Mais ces biais étaient probablement le prix à payer pour renouveler l’historiographie un peu surannée du Paris de cette époque.

 

Boris Bove

 

Gaël Rideau, Pierre Serna (dir.), Ordonner et partager la ville, XVIIe-XIXe siècles, Rennes, PUR, 2011

Cet ouvrage se propose de relire la ville comme un espace et une société mis en ordre et partagés, en amont de l’intervention policière ou du contrôle institutionnel. Il décrit ainsi la perception de la ville que peuvent porter différents acteurs de l’ordre urbain, la dimension religieuse de la ville à l’époque moderne ou les croisements entre partages sociaux urbains et débats idéologiques nationaux à partir de la Révolution. Une image différente de la ville en ressort, faite d’une invention quotidienne du partage et qui mêle politique et religion, espace et société, normes et pratiques.

Avec une préface de Claude Michaud et une postface de Michel Pertué.

ISBN : 978-2-7535-1392-1
Prix : 18 €

Pierre Serna est professeur d’histoire moderne à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne et directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française.

Gaël Rideau est maître de conférences d’histoire moderne à l’université d’Orléans et membre du Savours.

11e conférence internationale d’histoire urbaine : le programme des sessions est en ligne

Prague  29 août – 1er septembre 2012

La liste des sessions est visible sur le site de l’EAUH 2012 : http://www.eauh2012.com/sessions/

Les propositions de communication peuvent être déposées du 10 juin au 1er octobre 2011

Liste des sessions :

ROUND TABLES

RT1        Medieval & Early Modern Urban Societies
RT2        Modern Urban Societies
RT3 Comparative, Transnational and Globalised Perspectives on Urban History
RT4 Student Perspectives on Urban History
RT5 Ways of Communicating Urban History

MAIN SESSIONS

M1 New Worlds, New Cities
M2 The lure of the city 1400-1900
M3 Shrinking cities
M4 Cities and rivers – long term development of socio-natural sites
M5 Historicising the politics of transport and cities
M6 Multiple identities in an urban context: ‘cosmopolitanism’ versus local belonging in a long term perspective
M7 Growing Old in Urban Society: yesterday, today and tomorrow
M8 Female agency and civil society in late medieval, early modern and nineteenth-century cities
M9 The Evolution of Medical Provision in European Cities, from the Middle Ages to the Early Nineteenth Century
M10 Virtual Historic Cities: a laboratory in Urban History
M11 Approche comparée des petites villes européennes au bas Moyen Âge: bilan historiographique et perspectives de recherche
M12 La cour et les villes dans l’Europe des XIVe-XVIe siècles
M13 Violence and the city: Law, Territory and Civic Identity in Ancient and Medieval Times
M14 Popular politics in the late medieval and early modern town (1200-1800)
M15 Portraits of the City: Rethinking Methodological Paradigms of Representations of the City
M16 ‘Economies of quality’ and the ‘material renaissance’. Comparative perspectives on material culture changes in late medieval and sixteenth-century Europe.
M17 Do municipal institutions matter in the early modern period (1500-1800)?
M18 Civic identity in late medieval and early modern European towns
M19 Premodern City as Community: Cohesive Forces and Integrative Factors in European Cities to 1800
M20 The urban parish (late Middle Ages and Early Modern period)
M21 Crise urbaine, crise sociale, crise des polices? (Europe, vers 1650-vers 1914)
M22 Soldiers, traders and engineers. Military and urban society in Europe (1650-1850)
M23 Routes of commerce and foreign merchants settlements in Mediterranean ports and central European cities: 14th-19th centuries
M24 Gender and Luxury in the Urban Economy (1700-1914): a European perspective
M25 Shopping in the city: comparative perspectives on the transformation of urban consumer space and practice in Western Europe and beyond, c. 1700-1900
M26 The culture of associations: transnational perspectives, 1600-2010
M27 Triumphal Arches and Urban entries : Mutations of an Urban Ritual in Christian Europe (16th-20th Centuries)
M28 Mashup Metropolis: The British Imperial City in Global Context
M29 The Empire, the Province and the Reshaping of Cities in the Long Nineteenth Century
M30 Post-Imperial Urban Ghost Frontiers in Cities of Central, Eastern and South Eastern Europe: Traces, Resilience, Remembrance and Cancellation
M31 Border cities: urban spaces of production and exchange, between separateness and dialogue
M32 What’s in a name? How we label peripheral places.
M33 Experts, Municipal Leaders and Power in the City, 1750-1950
M34 A Kaleidoscope of Modernity: The Circulation of Knowledge in Early Twentieth–Century Urbanism
M35 Science in the City
M36 Jews and Jewish Districts in European Cities, 18th to 21th Centuries
M37 Cultural transmission and the transformation of urban leisure in Europe and its colonies, c. 1700-1939
M38 Cultural Workers in the Urban Economy 1850-1939
M39 Urban History Politics: Re-negotiating Local Pasts in the Face of 20th Century Turning Points
M40 Towns are made of memory places – towns as memory places of urban life in the 19th and 20th century
M41 Historical character of Town: From Representation to Reuse
M42 A historical view on the development of the sustainable city
M43 ‘Rights and Responsibilities’: Citizenship in Twentieth-Century Cities
M44 Urban action groups in the 20th century
M45 Home and Social Identity in Twentieth-Century European Cities
M46 Postwar Planning in Transnational Perspective
M47 Cities and the Cold War
M48 Violence in Urban Spaces since the Second Half of the Twentieth Century: Comparative, Transnational and Entangled Perspectives

SPECIALIST SESSIONS

S1 Gardens and agriculture in cities
S2 Institutional landowners, rental clusters urban plans and urban society
S3 Investir le produit de l’impôt urbain: officiers municipaux, élites urbaines, financiers (Moyen âge-XVIe siècle)
S4 Horizons barrés. La vie urbaine en mode obsidional
S5 Les villes et les ordres militaires
S6 Early Modern City Branding: City Guides in Italy and the Low Countries (1500-1700)
S7 Depiction and Construction of the “Other”: Islamic Cities in the Eyes of European Travelers
S8 Urban practise in the age of transition
S9 Old Regime Urban policy in European and American societies
S10 Social legibility in the early modern city
S11 The decline of the ’old burghers’ in the 18–19th century?: recent research in Central Europe
S12 Revolutionary place-making: How do specific urban places become symbols of contestation?
S13 Users and Uses of Green Spaces in Cities, 1800-2000
S14 Urban development of Mediterranean island resort cities in the 19th and 20th centuries
S15 Leisure Practices and Cultural Life in Southern Europe towns (1840-1950)
S16 Great exhibitions and cities on the move: a comparative perspective (1880-1914)
S17 The Grand Hotel and the City Grand Hotels as markers of European urban culture and identity
S18 Panem et circenses: sport venues in modern urban Europe
S19 The city of emotions: Modern cities and people’s responses to urban transformations, xix and xx century
S20 Urban Reform in Germany and the United States: Comparisons and Connections, 1870-1940
S21 New hometowns: linking modernity and tradition in the aftermath of World War I
S22 Performing the Past in Urban Culture, 1900-50
S23 Cities of Memories: Aerial attacks of WWII as localized lieux de memoire
S24 New Towns East, West, and In-Between
S25 The post-war European suburb
S26 Everyday life in the socialist city
S27 Public Goods vs Economic Interests: comparative perspectives on squatting
S28 Transnational networks of urban planning expertise in African cities from a comparative perspective
S29 Querying Urbanity: South Asian Perspective
S30 Coming to terms with the built heritage of the postcolonial city
S31 Urban networks: between individual and collective

Appel à communication : Perceptions et réalités urbaines : les villes d’Europe méditerranéenne à travers les récits de voyageurs XIVe-XVIe s.

Perceptions et réalités urbaines : les villes d’Europe méditerranéenne à travers les récits de voyageurs XIVe-XVIe s.

Journée d’étude le 12 janvier 2012 STRASBOURG

Contact : Damien COULON, Université de Strasbourg

Par leur rôle polarisant, les villes constituent des points de contacts et de brassage, des centres d’échanges et des lieux d’interface qui interpellent, ou même laissent une impression saisissante sur nombre de visiteurs dans les sociétés d’Ancien Régime. Il en va ainsi plus particulièrement des centres urbains du Sud de l’Europe où s’exercent des influences méditerranéennes ignorées ou méconnues dans le reste du continent. Si ces villes peuvent aussi être durement affectées par des crises, elles se révèlent également en mesure d’opérer de profondes mutations et adaptations. Elles constituent ainsi des points d’observation privilégiés des dynamiques de changement à une époque marquée, entre autres, d’abord par l’expansion de la peste, puis par la mise en valeur de nouvelles routes atlantiques, incitant – trop ? – souvent les historiens à souligner les crises et les difficultés. Quels regards portent plus particulièrement sur les cités du sud de l’Europe les voyageurs, pèlerins, ambassadeurs ou espions du reste du continent amenés à y faire étape ou s’y destinant ? Si leur position d’étrangers rend leur jugement souvent plus objectif, la durée nécessairement limitée de leur séjour les empêche inversement de bien saisir les multiples facettes qui les caractérisent. Il importe en tout cas de bien prendre la mesure de leur dépaysement, de considérer leurs réactions d’étonnement, voire d’émerveillement, mais aussi de rejet et d’étrangeté, et bien sûr de les confronter à d’autres sources pour mieux relativiser ces points de vue personnels. De fait, c’est en Europe méridionale que vivent en particulier des populations inconnues dans le reste du continent, tels les musulmans, qui abandonnent leur pouvoir, mais tout en restant nombreux en péninsule Ibérique ; ils ne manquent pas de frapper l’humaniste nurembergeois Hieronymus Münzer. Dans les Balkans, au contraire, leur constante progression est jugée si menaçante, que le puissant duc de Bourgogne y envoie des espions dont certains rapports détaillés nous sont parvenus. C’est aussi dans cette frange méridionale que continue de s’affirmer le caractère si particulier d’une Italie, profondément marquée par son développement urbain, cadre fécond qui voit précisément éclore un regard nouveau sur l’Homme, qui se révèle décisif pour l’Europe tout entière au cours de l’époque considérée. Dans ce contexte, comment les voyageurs rendent-ils compte du rôle essentiel d’interface – ou de « connectivité », pour reprendre le concept défini par P. Horden et N. Purcell – que jouent les villes à la charnière entre l’espace européen et le bassin méditerranéen ? Ces fonctions expliquent-elles le maintien d’un certain rayonnement urbain, malgré un contexte final marqué par la lutte contre les Ottomans et la concurrence de plus en plus vive des routes atlantiques ? Ou les voyageurs perçoivent-ils au contraire les prémices d’un essoufflement économique et d’une marginalisation progressive des cités de la frange méridionale de l’Europe ? Enfin, dans quelle mesure les voyageurs restent-ils conditionnés par des connaissances, voire des préjugés, liés à leur contrée ou leur culture d’origine, dessinant ainsi les contours de frontières mentales avec les pays visités ? Cette journée d’études, organisée par l’EA 3400 ARCHE, équipe de recherche en sciences historiques de l’université de Strasbourg et par la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme Alsace (MISHA), s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche et de publication de sources inédites sur les représentations des régions bordières de l’Europe. Elle a principalement pour but de mettre en lumière les regards de voyageurs qui jalonnent et délimitent peu à peu cette partie de l’Europe, à une époque où la notion de Chrétienté sert bien plus souvent de référence, et apportent ainsi leur contribution à la définition très progressive de son identité.

Date : jeudi 12 janvier 2012, à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme Alsace. La durée des communications est fixée à 40 minutes.

Ports de plaisance et urbanité :échelles et enjeux de l’intégration des zones portuaires dans les villes contemporaines

Ports de plaisance et urbanité :échelles et enjeux de l’intégration des zones portuairesdans les villes contemporaines

ULCO – Boulogne/mer – 25-27 Janvier 2012

Appel à communications :

La thématique de la plaisance s’inscrit dans un contexte de saturation de la demanded’anneaux et d’appontements, coïncidant avec le redéploiement des villes littorales vers lesfriches portuaires adjacentes. Ce double phénomène, accéléré à partir des années 1990, s’estgénéralisé depuis le début du XXIe siècle.La présence ou l’extension d’un port de plaisance à proximité d’un centre urbain produit diversimpacts territoriaux. Ceux-ci peuvent être positifs, par l’apport d’une valeur ajoutée,économique, technique, sociale ou culturelle. Mais sa présence peut aussi conduire à desconcurrences d’usages, issues de perceptions très variables ou d’intérêts antinomiques, ou àdes tensions entre les différents acteurs qui cohabitent sur le territoire portuaire ou à proximitéde ce dernier. Ces faits peuvent dépendre des fonctions antérieures – ou plus anciennes – dusite (pêche, industrie portuaire, commerce…) qui interfèrent avec les usages nouveaux de lazone portuaire davantage orientés vers une économie des loisirs et du tourisme intégrant unevision plus complexe des pratiques, des usages et des attentes du plaisancier, du visiteur, dutouriste, du citadin ou d’autres usagers de port. Ce constat conduit à une extension de lafonction du port de plaisance, qui ne se limite plus au loisir ou au sport nautique. Le pôle« plaisance » doit revêtir une dimension polyfonctionnelles, en relation avec une demandesociale et territoriale devenue complexe : « Une des justifications du port se trouve dans leregard qu’on porte sur lui (…) l’une des fonctions du port est de se donner à voir » (N.Bernard, 1999).Le colloque se propose de se consacrer à la définition des relations entre ports de plaisance etcomportements urbains, à diverses échelles et selon une pluralité d’enjeux.Il convient de s’interroger sur ces enjeux liés aux impacts spatiaux, paysagers, fonciers etimmobiliers de ces infrastructures, qui matérialisent une triple interface :- physique et écologique, entre la terre et la mer,- administrative et politique, entre le port et la ville,- sociale, culturelle et économique, entre le monde maritime de la plaisance et lemonde terrestre urbain (statut de plaisancier et statut de résident, relations économiquesentre les acteurs…)Une situation d’interface qui peut aussi se matérialiser en une rupture entre deux territoires.Car, s’ « il faut concevoir le port de plaisance comme un lieu entre terre et mer, entre ville etlittoral … » (S. Gerbaud, 1994), il faut aussi penser que parfois le lien est plus incertain, lesdifférents mondes se côtoyant sans véritablement se rencontrer ou échanger, qu’il s’agissed’échanges économiques, matériels, culturels, symboliques ou sociaux.L’un des questionnements majeurs de proposer ou d’identifier des indicateurs susceptibles dedéterminer les éléments d’intégration du port dans la ville et, inversement, de la ville dans unport ; l’un des objectifs consiste à travailler sur le « gommage » d’une frontière physique ouimaginaire entre deux espaces aux temporalités et aux fonctions différentes, mais qui, par-delàleurs différences et leurs ressemblances, peuvent être complémentaires et « travailler » ensynergie.Les sessions s’organiseront autour de quatre thématiques principales : voir le lien en fin du billet.

Comité d’Organisation :

Nathalie Bétourné (MCF Sciences de Gestion, ULCO) ; Christophe Gibout (PU Sociologie,ULCO), Delphine Groux (Secrétaire générale, MRSH Dunkerque) ; Anne-Peggy Hellequin(MCF Géographie, ULCO) ; Vincent Herbert (MCF Géographie, ULCO) ; Simone Valcke(PRAG Economie, ULCO)…Comité scientifique (en cours de composition et sous réserve d’accord):Catherine Bersani (Inspectrice Générale de l’Equipement, Paris) ; Laurent Botti (MCFSciences de Gestion, Perpignan) ; Philippe Deboudt (MCF HDR Géographie, Lille 1) ;Bernard Dobrenko (PU Droit, ULCO) ; Christophe Gibout (PU Sociologie, ULCO) ; JeanGriffet (PU Sociologie, Aix-Marseille 2) ; Vincent Herbert (MCF Géographie, ULCO) ;Catherine Meur-Férec (PU Géographie, Brest) ; Didier Paris (PU Aménagement etUrbanisme, Lille 1) ; Olivier Sirost (PU STAPS & Anthropologie, Rouen)…

Rappel des données pratiquesFormat des propositions : en en-tête seront mentionnées, centrés et en caractère gras, le titre de la proposition suivi du nom du (ou des) auteur(s) et de son (leur) appartenanceinstitutionnelle. Rédigé en Times New Roman taille 12, le texte sera justifié, sans note infrapaginale, et avec une bibliographie sélective (15 références maximum dans un premiertemps).

Le volume total ne pourra excéder 9 000 signes (espaces compris).Laboratoire TVES – ULCO (EA 4477, PRES Lille Nord de France) ;MRSH de Dunkerque ; 21, Quai de la Citadelle, B.P. 35528 ; 59383 – Dunkerque Cedex1 ;Tél. : 0328237100 ; Fax. : 0328237110 ; Courriel : delphine.groux@univ-littoral.fr Simultanément envoyées en formats word et pdf, les propositions devront comporter dans lesujet du message et le titre du fichier joint les renseignements suivants : TVESplaisance&urbanitéproposition<suivie du nom de l’auteur>

Les propositions sont à adressées par courriel aux adresses suivantes :

Christophe.Gibout@univ-littoral.fr & plaisanceeturbanité@univ-littoral.fr

Les propositions retenues par le comité scientifique feront l’objet d’une présentation de 20minutes suivie d’échanges et de discussions avec la salle. Reprenant les caractéristiquesprécitées, le format définitif des papiers sera de 35 000 signes (titre, coordonnées de l’auteur,notes infrapaginales, références bibliographiques et espaces compris). Une diffusion ultérieurede l’ensemble des communications est programmée.

Date limite de dépôt des propositions : 20 septembre 2011

Date limite de retour des expertises : 15 novembre 2011

Date de la manifestation : 25 au 27 janvier 2012

Partenaires engagés :Ville de Boulogne/mer ; Communauté d’agglomération du Boulonnais, Chambre deCommerce et d’Industrie de la Côte d’Opale.

 

http://mrshdk.univ-littoral.fr/wp-content/uploads/2011/05/ports_de_plaisance_et_urbanit-_appel-communications_janvier2012.pdf